Graph & Desgn – le blog engagé du design numérique

Catégorie : Accessibilité

Nouveau style “low-tech”

Il est désormais bien connu que le numérique est aussi responsable du réchauffement climatique. En 2020, le Numérique représentera 10% de la consommation électrique mondiale et dépassera le secteur de l’aviation civile en terme d’émissions de CO2. J’écrivais récemment un article sur la sobriété numérique (à lire ici) et le besoin d’être davantage conscient de notre rapport aux outils technologiques. Mais il se trouve qu’en tant que designer, notre responsabilité est encore plus grande que celle des utilisateurs du web.

C’est pourquoi il est de notre devoir de nous orienter vers les innovations “low-tech” (légères et peu énergivores. Pour en savoir plus, je vous invite à découvrir le site du low-tech lab). Sur le net, cela se concrétise pas des sites qui limitent les demandes client/serveur, incorporent des images correctement compressées et bien dimensionnées, ne font appel qu’à un minimum de ressources javascript et utilisent pleinement les spécifiés du langage CSS pour la mise en forme.

Les animations inutiles et autres balourdises à la mode sont une source de pollution numérique. Et devant la volonté des grandes institutions comme Google, Facebook, ou Netflix de continuer la surenchère de contenus toujours plus lourds, le webdesigner lambda se doit d’agir…

Logo Google au milieu de palettes en bois
Les recherches Google représentent 660 tonnes de CO2 émis chaque jour

C’est dans cette optique que le blog s’est refait une beauté pour vous être présenté dans son plus simple appareil. L’ensemble fait moins de 3Mo, pour être charger rapidement et limiter les appels vers le serveur. Pas de superflu donc mais l’essentiel est là avec un accent mis sur la lisibilité, une grande sobriété dans l’architecture de l’information et surtout une volonté d’inclusion (la mise en page est pensée pour les lecteurs de pages, à destination des personnes visuellement déficientes). L’occasion aussi de penser aux personnes qui n’ont pas les moyens de renouveler leur matériel informatique et dont les navigateurs supportent mal les sites lourds et indigestes, équipés en technologies diverses.
Autre point important, dans l’optique d’un internet accessible à tous, et socialement impactant, le contenu est désormais en licence Creative Commons By 4.0 (dont la définition est visible ici).

Plus qu’un simple effet de mode, créer des sites web et des applications en ayant conscience de leur l’impact énergétique est devenu un enjeu citoyen. Et si vous voulez vérifier le bien-fondé de cet article, je vous invite à tester le poids environnemental de Graph & Desgn sur www.ecoindex.fr 😉

L’accessibilité d’un site web reflète sa qualité

Quand on parle d’accessibilité au sujet du web, on pense immédiatement aux personnes souffrant de déficience et à l’implémentation de lecteur d’écran, de couleurs contrastées, d’utilisation du clavier pour naviguer.

Toutes ces choses sont bien sûr élémentaires en terme d’inclusion car le but est clairement de ne laisser personne sur le bord de la route digitale. Nous nous devons de penser aux personnes en situation de handicap. Mais l’accessibilité s’entend dans un sens bien plus large. Un site rapide et fonctionnel est un site qui fait aussi preuve d’une meilleure accessibilité, de même s’il est ergonomique, sécurisé et qu’il pense à l’expérience utilisateur. Un mauvais design d’interface est aussi un obstacle à la bonne manipulation d’un site.

Appareil d'écriture braille
Un homme utilise un clavier d’écriture braille.

La langue que tout le monde comprend

Le code d’un site web est également un élément à prendre en compte car les langages utilisés ont une sémantique qui se doit d’être respectée. Vous ne placeriez pas couramment un verbe avant votre sujet dans une phrase (sauf si vous êtes Yoda). Sur le web, le principe est le même. Vos langages HTML, CSS, Javascript doivent avoir un sens et disposent de nombreuses balises permettant une construction inclusive. Les navigateurs web se mettent régulièrement à jour pour suivre l’évolution de ces langages. Il ne tient donc qu’aux bâtisseurs web que nous sommes de construire l’Internet que tout le monde mérite. Nous rencontrons encore aujourd’hui trop de problème d’accessibilité : problème de chargement, texte illisible, boutons trop petits sur supports mobiles, etc… Il n’y a aucun intérêt à construire des éléments inutilisables.

Nous bâtissons le web pour des êtres humains, tous les êtres humains. Une mauvaise construction, sur de mauvaises fondations rend le web un peu plus fermé et contribue à exclure des utilisateurs d’une expérience numérique réussie, qu’ils soient déficients ou non.