Graph & Desgn – le blog engagé du design numérique

Catégorie : web eco-friendly

Nouveau style “low-tech”

Il est désormais bien connu que le numérique est aussi responsable du réchauffement climatique. En 2020, le Numérique représentera 10% de la consommation électrique mondiale et dépassera le secteur de l’aviation civile en terme d’émissions de CO2. J’écrivais récemment un article sur la sobriété numérique (à lire ici) et le besoin d’être davantage conscient de notre rapport aux outils technologiques. Mais il se trouve qu’en tant que designer, notre responsabilité est encore plus grande que celle des utilisateurs du web.

C’est pourquoi il est de notre devoir de nous orienter vers les innovations “low-tech” (légères et peu énergivores. Pour en savoir plus, je vous invite à découvrir le site du low-tech lab). Sur le net, cela se concrétise pas des sites qui limitent les demandes client/serveur, incorporent des images correctement compressées et bien dimensionnées, ne font appel qu’à un minimum de ressources javascript et utilisent pleinement les spécifiés du langage CSS pour la mise en forme.

Les animations inutiles et autres balourdises à la mode sont une source de pollution numérique. Et devant la volonté des grandes institutions comme Google, Facebook, ou Netflix de continuer la surenchère de contenus toujours plus lourds, le webdesigner lambda se doit d’agir…

Logo Google au milieu de palettes en bois
Les recherches Google représentent 660 tonnes de CO2 émis chaque jour

C’est dans cette optique que le blog s’est refait une beauté pour vous être présenté dans son plus simple appareil. L’ensemble fait moins de 3Mo, pour être charger rapidement et limiter les appels vers le serveur. Pas de superflu donc mais l’essentiel est là avec un accent mis sur la lisibilité, une grande sobriété dans l’architecture de l’information et surtout une volonté d’inclusion (la mise en page est pensée pour les lecteurs de pages, à destination des personnes visuellement déficientes). L’occasion aussi de penser aux personnes qui n’ont pas les moyens de renouveler leur matériel informatique et dont les navigateurs supportent mal les sites lourds et indigestes, équipés en technologies diverses.
Autre point important, dans l’optique d’un internet accessible à tous, et socialement impactant, le contenu est désormais en licence Creative Commons By 4.0 (dont la définition est visible ici).

Plus qu’un simple effet de mode, créer des sites web et des applications en ayant conscience de leur l’impact énergétique est devenu un enjeu citoyen. Et si vous voulez vérifier le bien-fondé de cet article, je vous invite à tester le poids environnemental de Graph & Desgn sur www.ecoindex.fr 😉

La sobriété numérique

Vous êtes soucieux de votre empreinte numérique ? Vous réfléchissez à votre implication dans le réchauffement climatique et comment vous pouvez contribuer préserver l’environnement de notre belle planète bleue ?

Ordinateur à côté d'une plante

Voici quelques outils qui peuvent vous aider à prendre les bonnes décisions en matière de conscience numérique et d’utilisations des outils technologiques. Car il est bon de rappeler que la technologie en soi n’est pas forcément nocive, mais que l’utilisation que l’on en fait se doit quant à elle d’être sujette à un questionnement perpétuel.

Une petite vidéo tout d’abord pour les amoureux du streaming et les adeptes du scrolling infini et inconscient de contenus en ligne, qui vise à nous faire réfléchir sur notre (sur)consommation numérique.

Octet par octet donc, à chaque seconde d’une vidéo, un peu plus de dioxyde de carbone est libéré dans l’atmosphère. C’est invisible pour vous maintenant, mais pour notre climat, les dégâts sont bien réels.

Mesurez votre impact numérique

Vous souhaiteriez connaitre votre empreinte numérique et quels sont les impacts sur le climat lorsque vous surfez sur le net ? C’est le moment de télécharger “Carbonalyser”, une extension Firefox (aussi dispo en application sur Android). Cette extension vous permet de visualiser la consommation électrique et les émissions de gaz à effet de serre (GES) associées à votre navigation internet.
Pour calculer ces impacts, le programme :
1) Comptabilise la quantité de données transitant via le navigateur,
2) Traduit ce trafic en consommation électrique (via le modèle « 1byte » développé par The Shift Project),
3) Traduit cette consommation électrique en émissions de CO2e selon la zone géographique.

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.orange.labs.mobilecarbonalyser.

Troquez votre moteur de recherche

Enfin, vous voudriez compenser votre errance numérique par une action concrète pour notre environnement ? Changez de moteur de recherche et troquez Google contre Ecosia. Ecosia est un moteur de recherche caritatif qui reverse 80 % de ses revenus publicitaires à un programme de reforestation partout dans le monde. De plus, 100% du fonctionnement de ce moteur de recherche repose sur des énergies renouvelables.
Visitez https://www.ecosia.org/?c=fr